Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 09:01
Communiqué d'Europe Ecologie Bretagne/Brezh du 18 février

La région Bretagne n'a pas de compétence directe en matière d'école du premier cycle. Elle a cependant un rôle important à jouer au niveau de l'aménagement du territoire. Dans ce cadre, nous nous engageaons à faire signer un contrat en ce sens avec le Pays de Cornouaille, dans le cadre d'une majorité régionale Europe Ecologie.

La position de la liste à laquelle nous appartenons est claire: nous défendons un maillage territorial fort pour nos campagnes. " Une école qui ferme dans un villa ge , c'est souvent la boulangerie, le café et / ou l'épicerie qi sont menacés" disait René Louail à Douarnenez fin février. Cela s'applique également pour les quartiers et les centres de nos villes plus grandes. Pour Europe Ecologie, retrouver une mixité sociale, permettre la solidarité intergénérationnelle, améliorer la proximité entre lieux de vie et de travail, réduire les déplacements coûteux et contraints font partie de nos priorités.

Dans une logique de circuits courts, de revitalisation de l'économie locale et non de délocalisation, il apparait que l'activité des centres villes est primordiale ( logement, asphyxie de l'artisanat et des petites commerces, déplacements urbains et changements climatiques, services publics de proximité) . Cela nécessite non pas d'accompagner la suppression des services publiques de proximité, dont les écoles, ayant pour conséquence d'accélérer les ruptures mais bien au contraire d'avoir une politique volontariste pour restaurer les équilibres rompus. c'est dans cette perspective que nous souhaitons aborder les futurs contrats pays.

Elus au sein du Conseil régional de Bretagne, nous souhaitons engager au plus vite ce débat avec l'ensemble des acteurs du pays de Cornouaille. N'est il pas temps d'inverser la tendance émigrante des jeunes vers les périphéries pour revitaliser les centres villes, pour conserver des services publics de qualité et de proximité? Les école primaires, les écoles maternelles sont bien au coeur de cette problématique.

Les militants d'Europe Bretagne Ecologie / Breizh ne pourront donc accepter des propositions qui conduiraient à la fermeture des trois écoles à Quimper, dont deux en centre ville.

Janick MORICEAU, tête de liste dans le Finistère, Plonéour - Lanvern
Naig LE GARS, candidate 3 eme dans le Finistère, Quimper
Baptiste SIMON, candidat 10 ème
Jean Paul LE POHON, candidat 18 ème en Finistère , Quimper
Yves LE GAL, candidat 26ème en Finistère, Concarneau.




Jean- Yves Le Drian, président de la Région Bretagne, candidat à sa réélection
Votre mail du 16 février dernier a retenu toute mon attention.
Comme vous le savez, les écoles primaires ne relèvent pas de la compétence des Régions, mais des villes.
Aussi, je vous invite, à vous rapprocher de Monsieur Bernard Poignant, maire de Quimper.
Je vous prie de croire, Cher Monsieur, à l'expression de mes salutations les meilleures.
Jean-Yves Le Drian





Daniel Le Bigot, 3ème adjoint, tête de liste de KEG

Daniel Le Bigot


Repost 0
Published by dupetitparc - dans Réactions politiques
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 18:07

Le Parti de Gauche (PG)

"L’engrenage de la casse de l’enseignement public est en marche partout en France (17 000 postes de moins prévus par le gouvernement Fillon cette année).

Partout des collectifs se créent pour lutter contre la fermeture des écoles publiques.

Que ce soit pour créer des regroupements, faire disparaître des petites structures, supprimer la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, les gouvernements successifs se sont mis à l’œuvre.

Cette politique de casse est encore plus révoltante quand elle est devancée par des mairies de gauche, qui, contre toute attente, appliquent les même méthodes que le gouvernement.

Le maire de Quimper, M. Poignant (PS), et son adjointe Denise Cariou (KEG), ont décidé de fermer 3 écoles sur Quimper.

Outre la décision brutale et le manque de concertation, le Parti de Gauche remarque que la période dite de concertation annoncée par la mairie après un mois de manifestations des parents, n’a abouti à rien.

Les parents ont fait cependant de nombreuses propositions (regroupement de l’école des Pommiers et de Jules Ferry en centre ville, développement de classes bilingues sur Kergoat ar Lez et Léon Blum) et aujourd’hui, plus de deux mois après, le maire, au lieu de porter ces projets, se contente d’attendre la décision de l’Inspection Académique, se cachant derrière une décision administrative plutôt que de défendre une politique scolaire et de petite enfance ambitieuse pour la ville et toute entière de sa responsabilité.

Le Parti de Gauche s’associe aux citoyens, aux parents et enseignants pour demander les garanties nécessaires à un véritable débat et une politique ambitieuse pour l’avenir de nos enfants et le service public de l’Education.

Par ailleurs, le Parti de Gauche fait part de son étonnement lorsque Monsieur Poignant, au mépris de la démocratie, semble s’offusquer qu’il y ait deux quimpérois défenseurs des services publics sur une liste de gauche. Il devrait pourtant s’en réjouir car,après tout c’est la moindre des choses, cela fait partie des combats essentiels qu’une gauche digne de ce nom, et n’ayant pas oublié ses fondamentaux se doit de mener. Pour notre part nous y sommes résolument déterminés."

 

Yves le Berre

Intégralité  de la lettre ouverte adressée à la rédaction de OF

"Membre du conseil d'administration d'Eau Secours 29, membre du Collectif pour le Retour d'une Eau Propre au Quinquis, ancien Directeur d'école, ancien élève de l'école maternelle rue des Réguaires et de l'école primaire Jules Ferry, les propos du Maire de Quimper, relatés dans les colonnes de votre journal mardi 16 février m'ont surpris et même indigné.

M. Poignant ne semble pas admettre des avis différents du sien et utilise une grosse ficelle politicienne pour tenter de discréditer des personnes ayant le mérite de s'engager pour des causes justes. Il exprime clairement et de façon récurrente son positionnement politique, c'est son droit. En tant que démocrate affirmé, il conviendra, je n'en doute pas, qu'il est permis d'avoir des engagements politiques différents du sien.

A titre personnel, je ne milite dans aucun parti politique, ce qui ne m'a jamais empêché d'agir et de m'impliquer totalement dans des actions altusites.

Stéphane Hessel, grand résitant dont M. Poignant avait évoqué le nom le 20 décembre 2008 lors de la cérémonie marquant le soixantième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, disait qu'il fallait, en toutes circonstances, garder sa faculté d'indignation et ne pas hésiter à s'engager même si, au départ, on était peu nombreux ! (extrait du film "Walter, retour en résistance" de Gilles Perret récemment projeté au Chapeau Rouge). Quoi de plus respectable et de digne d'intérêt que de défendre l'école de ses enfants comme le font de façon constructive et pugnace les parents d'élèves du Petit Parc et ceux des 2 écoles du centre ville (Jules Ferry et les Pommiers). Quoi de plus respectable que d'oeuvrer pour le retour d'une eau propre et l'assainissement du Quinquis, cours d'eau pollué qui aboutit dans l'Odet, via l'étang du Lendu et l'anse de Toulven ? Quoi de plus respectable que de s'impliquer dans le débat qui doit conduire à la signature des contrats relatifs à la gestion de l'eau de Quimper ?

(...)

Chaque élu a reçu cette lettre ouverte et ce qui suit :

La charge de Maire est difficile, j'en conviens. Etre à l'écoute, admettre de ne pas avoir raison, sont des qualités humaines utilies pour un élu avant toute prise de décision. Mon engagement personnel, les contacts que j'ai pu avoir avec des élus de Quimper Ville et de Quimper Communauté me conduisent à vous dire, M. Poignant, que, lorsque vous vous retranchez derrière l'argument définitif de l'unanimité, ou vous êtes naïf (ce qui m'étonnerait) ou vous passez volontairement sous silence le grand troubel qui agite de nombreux mambres de votre majorité municipale. Je vous suggère une initiative on ne peut plus démocratique : dans l'affaire des 3 fermetures d'écoles envisagées, avant la décision finale, organisez un vote public lors d'une assemblée délibérente du conseil municipal. Chacun sera placé devant ses responsabilité et les quimpérois jugeront.

Repost 0
Published by dupetitparc - dans Réactions politiques
commenter cet article