Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 21:52

Absence remarquée

Il ya 10 jours, nous avions demandé un entretien au maire. Ce mercredi nous avons eu l’adjointe aux affaires scolaires et à la petite enfance. Problème de planning chargé paraît-il. Dommage de ne pas dégager du temps au regard de ces 4 derniers mois d’incompréhension… Finalement nous n’aurons pas vu le maire depuis la réunion publique de la mi-décembre. Très décevant de sa part…

 

Manque de correction

La municipalité a su nous adresser personnellement un courrier début décembre pour nous annoncer la fermeture du petit Parc. Elle a su retrouver  nos adresses  début février pour nous envoyer un beau dépliant pour relancer une concertation mal boutiquée. Elle n’a pas su les reprendre pour nous annoncer le maintien de l’école. Nous avons donc réclamé une lettre individuelle faisant simplement écho de cette décision. Le tout, sans jargon technocratique, contrairement au document de presse distribué aux journalistes dont nous avons longuement discuté par la suite. Un minimum de correction à l’égard des familles, non ? L’élue en prend acte et affirme vouloir faire remonter cette demande.

 

Des constats et des objectifs toujours contestables

Si l’idée ne fut pas de remettre en cause a priori les nouveaux outils proposés par la Municipalité (quoique, chat échaudé 4 mois craint l’eau froide), nous ne pouvions pas passer sous silence certaines inepties.

  • L’élue l’a de nouveau affirmé : les constats et les objectifs restent les mêmes.
  • Concernant les petites structures affirmées comme en soi fragiles et contribuant à fragiliser les écoles voisines, toujours autant d’approximations. Certains élus n’hésitent pourtant plus à dire que l’école Victor Hugo a peut-être indirectement fragilisé l’école Emile Zola. Victor Hugo : petite école de 2 classes ?
  • Une des idées fortes reste le renforcement des groupes scolaires qui réunissent les 8 niveaux de l’école primaire (PS2 à CM2, ça fait 8) pour notamment mettre en place des niveaux simples. Nous nous montrons impatients de savoir dans quelles mesures 8 classes d’un groupe scolaire garantiraient 8 niveaux simples. L’adjointe se fait l’écho des directeurs d’école témoignant des double-niveaux subis du fait des restrictions de postes. Nous témoignons plutôt des sureffectifs subis par la restriction des postes
  • Enfin comble de la chose, on nous promet de nouveaux outils en n’omettant pas de stipuler que le projet initial avait une formidable cohérence. Etait-ce vraiment nécessaire de le rappeler ? Silence. N’en jetez plus, la coupe est pleine. Les élus veulent oublier ces 4 derniers mois d’atermoiements et ne se projeter que vers l’avenir. D’accord, mais encore une fois, pas avec de tels constats, de tels objectifs. Certains parleront de procès d’intention, d’autres plutôt de vigilance de notre part.

 

Les inscriptions en mairie

Concernant les outils, l’Adjointe expose la situation quant aux modalités d’inscription. Dès le retour des vacances de printemps, les familles devront passer en Mairie Centre (pour toute arrivée dans une école : première scolarisation en maternelle,  passage en CP si GS faite dans une structure spécifiquement maternelle, tout changement d’école). Les représentants du collectif s’interrogent sur ce qui sera « prescrit » aux familles. L’élue affirme que, dans un premier temps, les familles seront inscrites dans l’école de leur choix. Libre à elles de visiter les écoles au préalable. Le dispositif évoluera en fonction de ce qui sera mis en place dans le cadre du périmètre scolaire.

 

Le périmètre scolaire

On ne s’orienterait pas vers un périmètre scolaire strict avec zonage précis suivant les domiciliations (comme c’est le cas pour les collèges par exemple). L’idée serait plutôt de veiller à  ce qu’une école ne soit pas trop chargée (temps scolaire : classe, repos ou temps périscolaire ; garderie, cantine) alors que l’école voisine est en sous-effectif. Suivez notre regard ! Le collectif fait remarquer que des directeurs (à commencer par la directrice du petit Parc) s’inscrivaient déjà dans cette dynamique responsable. En ce sens cette orientation mettrait en valeur cette pratique, la mairie en prendrait donc les rênes. Les représentants  du collectif restent néanmoins sur leurs gardes. Certes, ce dispositif permet la globalité, la souplesse, la réactivité mais peut aussi se révéler « opaque » : on peut l’organiser dans un bureau pour en peu de temps tarir les effectifs d’une école…

Toujours est-il que la mairie va faire appel à un cabinet extérieur qui devrait remettre ses propositions fin 2010. Nous espérons y être associés, tout du moins nous espérons que toutes les familles quimpéroises y seront associées.

 

La carte scolaire

Les représentants du collectif tiennent à prendre des nouvelles de l’action menée par la municipalité pour le maintien de la CLIS de Kerjestin et apportent leur soutien à toute démarche allant dans ce sens.

 

La petite enfance

Pour clore l’entretien, nous tenons à revenir sur la petite enfance. Il s’agissait d’un des axes de la concertation. Cette responsabilité a animé le collectif durant ces 4 mois d’action. Des propositions travaillées et proposées par les différents acteurs de la pseudo-concertation (collectif, conseil de quartier,…) ont été pertinemment mises sur la table (bien au-delà du yakafocon !). Certaines d’entre elles ont d’ailleurs reçues un écho très favorable auprès des habitants d’Ergué Armel. Il s’en dégage une vive amertume à la lecture du dernier document : rien sur la petite enfance ! L’Adjointe indique qu’un nouveau projet va être étudié en dehors de la recherche de locaux scolaires disponibles ou susceptibles de le devenir par fermeture  (lapsus révélateur sur l’essence même du projet initial). Nous insistons sur le fait que le collectif tient à ne pas être tenu comme responsable de ce temps perdu. Nous avons toujours eu à l’esprit l’urgence de notamment permettre le relogement pertinent  et le rayonnement des crèches. L’élue indique qu’elle ne peut pas contrôler ce que disent les citoyens. Nous lui rétorquons qu’elle a tout de même un devoir de vérité, d’explication.

 

Enfin, nous apprenons que c’est notamment sur le quartier de Kerfeunteun que la mairie souhaite porter ses efforts en termes d’équipements. Soit, mais là encore pourquoi s’être acharné sur Ergué-Armel. Encore une fois, quel mauvais diagnostic !

 

Une bien triste histoire finalement... à ne pas oublier… à méditer…

 

Les yakafocon  (un des nombreux sobriquets  utilisés ici ou là par nos détracteurs)

Partager cet article

Repost 0
Published by dupetitparc - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires